Motion – 20 février 2020

Motion du séminaire doctoral « Réalités littéraires » (ACE/CELLAM, Rennes 2)

Nous, doctorant.e.s, étudiant.e.s en master, participant.e.s, organisatrices et organisateurs du séminaire doctoral « Réalités littéraires », séminaire transversal de littérature et arts co-organisé par les laboratoires ACE et CELLAM de l’université Rennes 2, réuni.e.s lors de la séance du 20 février 2020, faisons part de notre inquiétude face aux réformes prévues du système des retraites, du fonctionnement de l’université (LPPR), et celle du recrutement et de la formation des enseignant.e.s (réforme du MEEF), ainsi que la réforme des lycées en train d’être imposée en force (Bac Blanquer). 

1° Si elle devait passer, la réforme des retraites affecterait très durement tout le personnel de l’enseignement et de la recherche, un secteur de plus en plus marqué par des carrières tardives et accidentées. Cette réforme toucherait d’autant plus violemment les plus précaires et les moins bien payé·e·s, et surtout les femmes.

2° La Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) en préparation, loi « inégalitaire et darwinienne » (dixit Antoine Petit, le PDG du CNRS), loin d’apporter des éléments pour lutter efficacement contre la précarité et la surcharge de travail des personnels des facs et des labos, dégraderait nos statuts et nos conditions de travail : modulation de service obligatoire, CDI-chantier, tenure track. Les spécificités de la recherche en LLSHS ne sont pratiquement pas prises en compte dans les rapports préalables : quel avenir pour l’enseignement et la recherche en lettres et arts en France ?

3° La précarité n’est pas seulement le résultat de ces politiques récentes, mais le résultat d’une dégradation continue des moyens, des conditions de travail et des statuts à l’université. Aujourd’hui, les universités et les laboratoires vivent de l’exploitation des précaires, que ce soit pour l’enseignement, la recherche ou l’administration. La précarité qui marque l’ESR est aussi celle des étudiant·e·s, parfois obligé·e·s de cumuler études et emploi dans des conditions toujours plus difficiles. L’ensemble est aggravé par la réforme de l’assurance chômage, qui cristallise également toutes les inquiétudes. 

4° La réforme des lycées concerne nos futur.e.s étudiant.e.s : les élèves de première sont contraint.e.s depuis maintenant plusieurs semaines, souvent par l’envoi de forces de l’ordre dans leurs lieux d’études, de passer des épreuves de contrôle continu inégalitaires, mal préparées, et refusé.e.s par le corps enseignant. 

5° Enfin, la réforme du master MEEF s’attaque à la formation des futur.e.s enseignant.e.s.L’enjeu est lourd : 

  • Sur la précarité des étudiant.e.s et des futur.e.s enseignant.e.s : l’objectif d’« une voie d’excellence » malthusienne risque de nourrir un vivier de vacataires privé.e.s de formation.
  • La déstructuration de l’offre de formation et des équilibres actuels : cette situation remet en cause à la fois les bases de l’égalité territoriale et la logique nationale du concours. 

Nous nous opposons à cette attaque du milieu de l’éducation de la maternelle à l’université ainsi que des valeurs fondatrices du système de solidarité et de la mission du service public. Nous exigeons une véritable politique de financement pérenne de l’enseignement supérieur et de la recherche à la hauteur des besoins, un dégel immédiat du point d’indice, une prise en compte de l’expertise des travailleurs et travailleuses de l’éducation et de l’ESR dans les politiques les concernant. Nous nous déclarons solidaires des secteurs en lutte et appelons à rejoindre et soutenir les manifestations scientifiques mobilisé.e.s (séminaires détournés, colloques sauvages) ainsi qu’à utiliser nos espaces d’enseignement et de recherche pour informer sur les réformes en cours. 

Nous nous associons à la journée « L’université et la Recherche s’arrêtent » le 5 mars 2020 et annulons de ce fait la journée d’étude que nous avions prévue, afin de pouvoir participer activement aux actions de lutte prévues ce jour et les jours suivants. 

Motion adoptée à l’unanimité des votant.e.s (11 votant.e.s). 

Séance du 20 février 2020 : Espaces et lieux de l’ouest américain : Frank Norris, Gary Snyder et William Giraldi – Pauline Boisgerault

15h-17h Lieu : Université Rennes 2, campus Villejean, L223.

Cette séance sera consacrée à la présentation des travaux de thèse de Pauline Boisgerault, présentation dont le résumé se trouve ci-dessous ainsi que dans le document joint. La rencontre se tenant sur une journée de mobilisation nationale, elle sera ensuite dédiée à un temps d’échange et de discussion sur les mouvements sociaux en cours à l’université, contre le projet de réforme des retraites, le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, et la réforme du MEEF. Toutes et tous les doctorantes et doctorants, jeunes chercheuses et chercheurs et étudiant.e.s en master qui souhaitent s’y associer sont les bienvenu.e.s.

RESUME

« Si l’écriture de l’espace américain est devenue résolument plus politique au cours des années 60 et 70, l’espace américain a toujours constitué le caractère idiosyncratique sur lequel la culture et la politique américaines ont tenté de forger leur identité. L’ouest américain, dont la définition fluctue au rythme des mouvements migratoires vers le pacifique, à l’instar de la frontière, puise son pouvoir mythique dans l’écriture de cet espace. La fascination qu’a exercé ce territoire, fantasmé comme un jardin pré- lapsaire, laisse également poindre la tentation et l’anxiété qu’il suscite pour les européens face à ce nouveau monde dépaysant. L’aspect dit sauvage et ambivalent de cet espace, fortement associé aux représentations des amérindiens, en perpétuel devenir ontologique, ne cesse d’alimenter et d’être nourrie, dans un mouvement réciproque, par les traces écrites qui viennent s’inscrire sur la surface de cet espace mythifié. Il s’agit pourtant d’une entreprise littéraire aux prises avec ses propres défaillances, qui cherche sans cesse à tracer ses origines littéraires, à circonscrire cet espace, l’ouest américain reposant lui-même en grande partie sur la faille tectonique San Andreas. Cette instabilité géologique met en lumière les origines sismiques corrompues de cet espace, qui laissent présager l’avortement d’un héritage généalogique qui s’exprime à travers le déracinement de la famille dans l’écriture américaine. Ainsi, si retracer les origines de cet espace semble donner préséance au mythique, l’expérience des lieux via l’interface du corps, semble fournir la seule fuite possible pour tenter d’appréhender l’espace de l’ouest américain. » (bibliographie jointe).